web
statistics
Mooslargue : Le corbeau est démasqué, la surprise est de taille! - Blog indépendant sur la commune de Mooslargue
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog indépendant sur la commune de Mooslargue

Mooslargue : Le corbeau est démasqué, la surprise est de taille!

31 Janvier 2020, 09:00am

Publié par Thierry Hans - journal Hebdi de janvier 2020

Monsieur Sommerhalter a sollicité l'insertion d'un droit de réponse suite à la parution de cet article, que vous pourrez lire intégralement à la suite de celui-ci.

Depuis plusieurs années dans le Sundgau, le petit village de Mooslargue (420 habitants) fait parler de lui par les frasques de son maire et les messages intrigants d’un corbeau (cf. nos articles sur Hebdi.com)

Pascal Sommerhalter est élu maire du village en 2014, il devient rapidement une nouvelle star politique comme seul le Sundgau (et Schiltigheim) sait en fabriquer… (Jean-Luc Reitzer, Paul Mumbach, etc.)

Dès le premier conseil municipal, le maire subit un premier revers quand son colistier Mathieu Lavarenne est élu premier adjoint contre son avis. Un premier adjoint de cohabitation, c’est inédit.

L’ambiance en mairie restera tendue pendant tout le mandat, sur onze conseillers municipaux au départ, cinq se sont détournés du maire qui en est à son troisième premier adjoint, les deux premiers ont démissionné…

Avant les élections municipales de 2014, Robin Burglin, lui-même candidat, avait créé un blog « Blog indépendant sur la commune de Mooslargue » ayant pour seule ambition de commenter la vie du village.

Mooslargue : Le corbeau est démasqué, la surprise est de taille!

Depuis l’auteur du blog s’étonne régulièrement du comportement du maire et devient le seul contrepouvoir au village. Il explique entre autres comment en 2018 le maire a été obligé d’avouer en conseil municipal qu’il a été auditionné par la brigade de recherche de la gendarmerie pour détournement de fonds public. La commune sera obligée de restituer 38 200 € de subventions au Conseil Départemental et aux services de l’État.

Plutôt que de faire un mea-culpa, Pascal Sommerhalter parlera de “Comportement malveillant et vindicatif », “frustration, dans le seul but de vengeance”, “délation et dénonciation” de certains villageois…

Le maire aime se faire passer pour une victime en dénonçant d’autres personnes du village.

C’est en tant que victime permanente qu’il puise dans les deniers publics en se faisant voter une délibération qui lui permet de recourir au conseil d’un avocat qu’il peut choisir, le tout «pour un montant indéterminé». Comme s’il anticipait ce qui allait encore venir.

Depuis le budget “frais de contentieux” a explosé ces trois dernières années.

Le maire a également l’habitude d’arranger les rapports du conseil municipal, à son avantage bien sûr… des agissements répréhensibles !

Les Mooslarguais n’ont pas besoin de tout savoir ?

C’est pour cela que plusieurs conseillers municipaux ont régulièrement refusé de signer des comptes-rendus !

Le « Blog indépendant sur la commune de Mooslargue » raconte également comment le maire a prêté de fausses déclarations à la procureure de la République. Le maire prétend que quand il a porté plainte contre l’auteur du blog, la magistrate a notifié un rappel à la loi à Robin Burglin. C’était un mensonge puisqu’après vérification auprès du Bureau d’Ordre pénal de TGI, la plainte du maire est classée sans suite !

Le maire a également attaqué l’auteur du blog quand celui-ci a publié l’un de nos articles, par contre Heb’di n’a pas été inquiété. Tout cela ressemble à du harcèlement contre le blog d’opposition afin de le faire taire  !

Une autre fois, il s’est allié à la secrétaire de mairie pour attaquer Robin Burglin. Une plainte a été déposée quand le site a publié des vidéos du conseil municipal où l’on aperçoit la secrétaire. Ces deux-là semblent oublier que les séances sont publiques et peuvent légalement être filmées et diffusées…

À partir de 2015 apparaissent deux nouveaux blogs : « Mooslargue2015 » et « latraviata». Contrairement au blog de Robin Burglin, ces deux publications sont des  blogs anonymes, il y a un corbeau à Mooslargue. Internet est rapidement inondés de plus de 400 articles. Les deux blogs se renvoient des informations à la gloire du maire et contre ses opposants, principalement contre l’ex-premier adjoint Mathieu Lavarenne et Robin Burglin. Ces deux villageois semblent avoir le défaut de s’opposer au premier magistrat !

Le blog “Latraviata”

Le blog “Latraviata”

Lorsque le premier blog anonyme commentait les comptes-rendus du conseil municipal (“Mathieu Lavarenne demande des comptes à la Municipalité… dont il fait partie !!!! C’est incroyable !”), le deuxième reprenait les commentaires en faisant mine de découvrir l’existence du premier (« je viens de découvrir un autre blog que le mien sur Lavarenne… ») en y ajoutant quelques commentaires.

Puis le premier blog relançait (“un ami m’a fait remarquer la présence d’un autre blog que le mien sur Mooslargue et plus précisément sur Lavarenne”)… avec une nuée de faux commentateurs (une quarantaine en tout), tous à charge, en utilisant des prénoms de villageois pour semer le trouble. Sans oublier les nombreux “like” que le corbeau s’attribue. On n’est jamais mieux servi que par soi-même

Le blog Mooslargue2015

Le blog Mooslargue2015

Quelques citations du corbeau : “Je ne peux qu’être d’accord avec notre maire”, “bon courage, au Maire et à ses Adjoints », ” bravo la mairie! “, ” Notre Municipalité a tenu promesse”, ” Je suis contente d’avoir un Maire qui tient compte de ce qu’on lui dit et qui agit en conséquence.”, “Quelle surprise… Notre maire Pascal Sommerhalter et sa famille ont été filmés par FR3 lors de la réélection du député Jean-Luc Reitzer” …

Le corbeau et ses deux blogs ne font pas l’unanimité, même les responsables du quotidien l’Alsace l’ont contraint de ne plus reprendre leurs articles…

Le corbeau a alors les mêmes réactions de victimisation que le maire de Mooslargue : « Je suis dans l’obligation de les enlever (les articles de l’Alsace) . Pourquoi ? D’autres le peuvent et pas moi … Je ne comprends pas …”.

Sur ses sites, le corbeau prétend n’avoir aucun contact avec la municipalité pour donner des conseils : “si qqn de la municipalité me lit : je sais que vous avez beaucoup de travail….”

Quand certains conseillers demandent au maire d’attaquer ces deux blogs anonymes, il refuse, une position en totale contradiction avec les poursuites contre Robin Burglin et son blog indépendant !

Ce dernier se retrouve assigné au tribunal civil pour préjudice d’image, référencement abusif et « parasitisme » contre la commune de Mooslargue. Pourtant le corbeau a également utilisé le nom du village et même les armoiries officielles de la municipalité.

Pascal Sommerhalter avait à l’époque affirmé qu’il “veillerait à ce que les armoiries ne soient plus utilisées” (conseil municipal du 29/12/2017), mais dans ce cas, il estime finalement que : “Il n’y a rien de délictuel dans ça, je ne vois pas où est le problème.” (conseil municipal du 28/09/2018). Une soudaine complaisance bien surprenante!

Les sites du corbeau et leurs commentaires obsessionnels s’attaquent gratuitement et a priori sans raison à l’association Mattagumber, une troupe bien connue dans la région pour ses bons spectacles et animations. Le maire a accusé cette association de complot politique avant de décider de l’expulser des locaux communaux.

L’association a demandé plusieurs droits de réponse en vain, ce n’est qu’après une plainte en gendarmerie, que le corbeau craignant une suite judiciaire en publie un…

L’explication de cet acharnement contre l’association s’explique simplement : elle est présidée par la mère de Mathieu Lavarenne !

Des villageois s’étonnent lorsque le corbeau répond aux questions posées directement au maire : ainsi au mois de mai 2017, Robin Burglin avait écrit aux élus pour souligner le danger des jardinières qui condamnent les trottoirs sur les ponts du village, aucune réponse de la municipalité, mais une publication du corbeau dès le lendemain matin accompagné du dessin d’un “fééééérique minion: La Féé Pachier”.

Tout aussi étonnants, les deux blogs publient des documents dans une forme que seuls les élus de la commune possédaient.

Le corbeau serait-il un élu ou le proche d’un élu qui a accès au document publié en mairie ?

C’est sur cette base que les gendarmes de Ferrette ont recherché les auteurs du blog via les adresses IP utilisées.

Le corbeau avait bien utilisé le réseau TOR qui permet d’anonymiser les connexions, mais trop pressé de réagir sur certains points, il oubliait parfois de l’utiliser ce qui l’a trahi.

Nous nous sommes procuré des documents issus de l’enquête, la surprise est de taille.

Mooslargue : Le corbeau est démasqué, la surprise est de taille!

On y lit “un corbeau diffame, par l’intermédiaire de deux blogs, M. LAVARENNE Mathieu”.

Les gendarmes ont obtenu les adresses IP de la personne qui est à l’origine des deux blogs qui agit sous les pseudos «Claire90fontaine» et «latraviata».

Les IP proviennent d’un compte Orange à l’adresse postale du maire et au nom de son épouse !

Sachant que le maire a toujours entretenu la confusion en utilisant soit l’adresse de sa femme ou celle de l’étude de notaire où il travaille pour se faire envoyer des courriels officiels de la mairie…

Pascal Sommerhalter est interrogé par les gendarmes, ses réponses sont confuses et déroutantes :

« Question : êtes-vous le « créateur » de ces pseudonymes et blogs ?

Réponse : non

Est-ce que des articles ont été publiés sur ces blogs depuis votre domicile ?

Réponse :  Sûrement

…/…

Question : est-ce quelqu’un de votre entourage ?

Réponse : Je ne souhaite pas répondre à cette question »

Mooslargue : Le corbeau est démasqué, la surprise est de taille!

Concernant le document que seuls les élus possédaient, le maire répond : « Je n’ai jamais nié qu’il s’agit de mon exemplaire. Bien évidemment après un conseil municipal houleux, je montre mon exemplaire à ma conjointe et il ‘’traine’’ à la maison… »

Pascal Sommerhalter tenterait-il de se défausser sur les membres de sa famille ?

Autre passage surprenant :

– « Savez-vous qui est ou qui sont les créateurs de ces blogs et des pseudonymes ? »

– « Je ne souhaite pas répondre à cette question » …/… « Les hommes politiques sont librement soumis à la critique. Cela s’appelle le débat démocratique. »

Étonnant pour un maire qui fait tout pour étouffer son opposition sous une avalanche de procédures judiciaires !

Conclusions transmises au procureur : « L’enquête permet de déterminer que les faits sont perpétrés depuis le domicile de Pascal Sommerhalter et bien que ne reconnaissant pas en être l’auteur, les éléments laissent à penser qu’il en est l’auteur ou tout du moins le complice.”

“[Pascal Sommerhalter] laisse planer le doute quant à l’auteur des articles entre sa conjointe et lui. Cependant, il reconnaît avoir eu connaissance d’un commentaire non approuvé et donc non publié par le titulaire du blog […]. Seule la personne ayant les identifiants de connexion pour la gestion du blog a la possibilité de voir ce commentaire donc cela confirme que M Sommerhalter possède ces identifiants ».

Lors du dernier conseil municipal, comble de la victimisation, le maire tente lui-même de se poser en victime d’un soi-disant “corbeau”, sous prétexte que quelqu’un aurait transmis à son employeur un tract, déjà diffusé publiquement et signé ! Heureusement que le ridicule ne tue pas…

Pascal Sommerhalter est employé dans un cabinet notarial à Mulhouse, espérons que ses méthodes professionnelles sont plus respectueuses des lois et de la moralité que ses méthodes électorales.

Le grand gagnant de cette histoire est certainement l’avocat, sur ordre du maire il engage des actions qui n’ont aucune chance d’aboutir.

Les perdants sont sans nul doute les Mooslarguais, qui vont payer les délires du corbeau par leurs taxes…

Thierry Hans - Heb'di

Droit de réponse de Monsieur SOMMERHALTER publié le 14/02/2020

J’ai à nouveau été mis en cause dans un article publié par HEB’DI en janvier 2020. Conformément à l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de presse, j’entends faire usage de mon droit de réponse. Il m’aurait paru plus convenable et plus déontologique, avant publication de cet article qui n’est fort probablement inspiré que par un voire deux informateurs dont le dessein est de chercher à me nuire et d'attenter à ma réputation, que vous me contactiez afin que je puisse vous fournir, préalablement à toute publication, des éléments de réponse. Cela aurait donné à votre article un caractère moins partial et moins manichéen.

Sachez d’emblée qu’en ma qualité de maire, j’ai, jusqu’à présent, toujours refusé de nourrir des polémiques. Je pensais naïvement que les viles attaques cesseraient d’elles-mêmes. Je reconnais avoir fait montre de naïveté. J’ai décidé, désormais en mon nom et en celui de la commune, de réagir systématiquement dans le cadre strict de la légalité. C’est dans ces conditions d’ailleurs que j’entends faire valoir le présent droit de réponse, l’article publié m’apparaissant dépasser les limites de l’information.

En premier lieu, vous évoquez l’association « Mattagumber ». Je souhaite que vos lecteurs puissent avoir une vue d’ensemble et comprendre certains des propos qui vous ont été rapportés. Je précise que la présidente de cette association est la mère de Monsieur Mathieu LAVARENNE, actif dans l’association et premier adjoint démissionnaire qui est resté conseiller municipal. Monsieur Robin BURGLIN, qui colporte des propos haineux à mon égard, et qui constitue certainement votre informateur privilégié, est le trésorier de l’association. Deux autres conseillers municipaux en font également partie. Vos lecteurs comprendront aisément que l’origine des problèmes politiques que je rencontre depuis mon élection, provient du fait que, sous la précédente mandature, des largesses avaient été consenties à cette association sans aucun cadre juridique, ni convention, ni délibération. Ces avantages ont été supprimés par l’actuelle municipalité. La situation s’est considérablement dégradée lorsque le Conseil Municipal a décidé de ne pas donner l’accès, sans contrepartie, à un local de plus de 100 m2, qui en définitive était transformé en appartement locatif. C’est ce qui a valu d’ailleurs la plainte pour détournement de fonds dont vous faites état. J’y reviendrai. Je n’ai personnellement rien Contre cette association. Pendant des années, j’ai assisté à leur spectacle d’été avec ma famille.

Vous indiquez, dans votre article, que cinq élus se sont détournés du maire. Il s’agit d’une assertion, comme d’autres figurant dans l’article, totalement erronée. Trois ou quatre élus n’ont pas eu à se détourner puisqu’ils n’ont jamais souhaité travailler avec l’équipe municipale. Il s’agit, pour la plupart, de membres appartenant à l’association ci-dessus évoquée. J’ai été élu maire contre Monsieur LAVARENNE que vous mentionnez dans votre article à sept voix contre quatre. Quatre conseillers m’avaient refusé leur confiance : les choses n’ont pas tellement évolué en six ans...

Vous mentionnez que Monsieur BURGLIN a créé et animé un blog pour commenter la vie du village. En réalité, il faut comprendre que Monsieur BURGLIN passe le plus clair de son temps à créer et animer des blogs destinés pour l’essentiel à dénigrer le travail de l’équipe municipale en général et le mien en particulier. C’est bien lui, qui, de façon quasi obsessionnelle, critique, de façon véhémente et sans nuance, tout ce que peut entreprendre la municipalité. C’est bien grâce à lui qu’une modeste commune de 400 habitants dans le Sundgau et son maire en exercice ont l’honneur de bénéficier des faveurs de votre publication !

Il convient tout de même de rappeler qu’aux élections municipales de 2014, Monsieur BURGLIN a présenté une liste à un seul nom, le sien. Les électeurs de MOOSLARGUE, et ce n’était pas la première fois, ne lui ont pas accordé leur confiance. C’est dans ce contexte qu’il a créé son premier blog, non pas dans un but d’information, mais dans le souci constant de dénigrer l’équipe municipale et surtout ma personne. Les lecteurs apprécieront la légitimité de son action. Je précise que cet acharné opposant, directeur de publication depuis plusieurs années, de plus d’une dizaine de blogs, sites internet, et comptes sur les réseaux sociaux, qui sont reliés avec son blog principal, va même jusqu’à payer le référencement sur internet afin de figurer en tête des moteurs de recherche. L’ensemble des sites administrés par Monsieur BURGLIN gère plusieurs centaines d’articles dont un certain nombre d’entre eux ne sont absolument pas fait pour apaiser les tensions, bien au contraire...

Vous évoquez un pseudo détournement de fonds ayant donné lieu à une procédure au cours de laquelle j’ai été entendu. Il est bon de rétablir également la vérité. Vos lecteurs doivent savoir que c’est une nouvelle fois Monsieur BURGLIN qui a adressé plusieurs courriers de dénonciation au Conseil Départemental en fin d'année 2016. Monsieur LAVARENNE, quant à lui, a déposé plainte auprès du Procureur de la République. Par la suite, la presse locale a été incitée à publier des articles en lien de ces dénonciations. Votre journal s’est d’ailleurs fait l’écho de cette affaire (voir votre numéro 99 de mai/juin 2018 signé par … Monsieur BURGLIN). On n'est jamais mieux servi que par soi-même... Je relève à cet égard que Monsieur BURGLIN cumule les fonctions d’opposant véhément et de rédacteur dans votre journal... Il apparaît difficile de cumuler ces fonctions, de surcroît avec celles de lanceur d’alertes et de membre d’une association directement intéressée par le fonctionnement de la vie publique à MOOSLARGUE.

A l’occasion de plusieurs conseils municipaux, Monsieur LAVARENNE n’a cessé de remettre 'en cause la décision du conseil au terme duquel les locaux seraient affectés à un usage d’habitation et dont les loyers devraient profiter à la commune. N’arrivant à ses fins, totalement distinctes de l’intérêt général puisque destinées à privilégier une simple association, l’intéressé n’a rien trouvé de mieux que de dénoncer la commune. Il s’agissait bien de délation.

Contrairement à ce qui est indiqué dans votre article, je n’ai jamais été obligé d’avouer quoi que ce soit au conseil municipal. J’ai bien entendu, face à la plainte inélégante de la part de ce conseiller municipal, été entendu par la Brigade de Recherches d’ALTKIRCH. Il était tout à fait normal que je fusse entendu suite à une plainte pour détournement de fonds, portée par Monsieur LAVARENNE et dénoncée par Monsieur BURGLIN. J’affirme cependant n’avoir jamais détourné quelque fond que ce soit. Je n’ai jamais pris le moindre centime à qui que ce soit. Il est également important d’indiquer, qu’au vu de mon audition et des éléments fournis, l’affaire n’a pas connu la moindre suite pénale. Si votre journal avait pris contact avec moi, je lui aurais sans difficulté démontré qu’avant que les lettres de dénonciation se répandent, je m’étais renseigné quant aux modalités de remboursement des subventions et de la TVA.

Dans votre article, vous me reprochez d’avoir constitué avocat aux frais de la commune pour me défendre et pour défendre la municipalité. Il me semble qu’il s’agit encore là d’un droit fondamental lorsque l’on subit des attaques totalement injustifiées et malveillantes de la part d’un administré qui considère que la liberté d’opinion dont il use et abuse ne peut aller que dans un sens !

Vous indiquez également que je prêterais de fausses déclarations à Madame le Procureur de la République de MULHOUSE et qu’il n’y avait pas de rappel à la loi. Pourtant les documents existent bel et bien et ont été fournis aux services de la gendarmerie dans le cadre de la plainte portée par mes soins et mentionnée dans votre article. Mes propos reprennent mot à mot le texte de l’avis à victime.

En ce qui concerne la demande portée par notre secrétaire de mairie, je rappelle en premier lieu qu’il ne s’agit pas d’une plainte, qui par nature est pénale, mais d’une action civile.

Déniez-vous également à la secrétaire de mairie le droit de s’adresser à un tribunal pour condamner un comportement illicite ? Malgré vos assertions, il me semble que votre publication n’est pas juge de la légalité des faits. C’est le tribunal qui tranchera.

J ’aborde désormais les deux blogs tenus sous pseudonymes, qui m’ont soutenu pendant trois ans et dont je ne suis pas l’auteur. Vous indiquez qu’ils inonderaient internet de plus de 400 articles. Il s’agit là d’une affirmation totalement mensongère. J’ose à peine une nouvelle fois rappeler les nombreux sites administrés par Monsieur BURGLIN, un de vos informateurs... Je rappelle par ailleurs que, si la liberté d’expression dont votre publication use largement, est un droit fondamental, le droit à l’anonymat et au respect de la vie privée constitue également une valeur essentielle. Il n’y a aucun corbeau à MOOSLARGUE, en dehors de celui qui a été créé de toutes pièces par votre publication et vos sources. Tout un chacun comprendra que ces blogs ont un pseudonyme comme de nombreux journalistes de l’Alsace, des DNA, ou même de HEB’DI... Je relève simplement que, dans votre dernier numéro 112, dans lequel figure l’article pour lequel j’émets le présent droit de réponse, il y a de nombreux articles non signés ou signés par des pseudonymes que des recherches sommaires ne m’ont pas permis d’identifier. J'ai eu beau chercher dans l'annuaire, je n'ai pas trouvé de M. "Veesse", de M. "L'Esquimau" ou de "D'r sundgauer Soikopf". S’agit-il de corbeaux ?

En réalité, les blogs que vous mentionnez et que vous qualifiez corbeaux ont une messagerie via laquelle les internautes peuvent échanger. Ils ont une adresse IP. Ils sont joignables, identifiables et sont toujours présents sur la toile. Ils ont une identité.

Il n’y pas deux poids deux mesures : les personnes qui collaborent avec votre journal, avec une forme et un ton assurément polémiques, auraient-elles le droit de garder l’anonymat, tandis que mes proches n’auraient pas le droit d’utiliser un pseudonyme ? Au demeurant, vos sources connaissent parfaitement et depuis longtemps le propriétaire de l’adresse IP de ces blogs. Elles se sont réservées soigneusement l’exclusivité de l’information jusqu’à quelques semaines des élections. Personne ne sera dupe.

En définitive, depuis 2014, année de mon élection, Monsieur BURGLIN multiplie à l’infini des courriers, dénonciations et plaintes auprès des autorités administratives et judiciaires à mon encontre. Monsieur BURGLIN, l'un de vos zélés informateurs, candidat malheureux à plusieurs élections, pour des raisons qui m’échappent, nourrit une véritable haine à mon égard. Ses multiples tentatives par plaintes et en animant divers blogs, ne portant pas leurs fruits, s’est désormais rabattu vers votre oreille attentive et entretient désormais une véritable chronique par votre intermédiaire. Un journal est toujours plus légitime. A chacune de vos parutions, j’ai désormais droit à vos éloges alors que je suis simplement le modeste maire d’une petite commune qui aspire à la sérénité.

Je rappelle tout de même que je n’ai jamais fait l’objet d’un rappel à l’ordre quant à un éventuel manquement ou une faute. Toutes les plaintes qui émanent toujours des mêmes sources ont toujours été classées sans suite.

Subsiste uniquement la blessure d’avoir été mis en cause par de véritables calomnies qui ne font l’objet d’aucune Vérification. Sachez que j’exerce ma fonction de maire dans l’intérêt des personnes qui m’ont accordé leur confiance, avec le soutien d’une équipe municipale. Il s’agit d’une activité que j’exerce accessoirement par passion et dans le but de servir. J’exerce l'également une profession, je suis marié, j’ai des enfants. Il est difficile pour eux de vivre certaines calomnies.

Je pense surtout que les accusations portées à mon encontre auraient mérité que je puisse donner mes explications et mon point de vue au préalable.

Je souhaite avant tout que cessent ces attaques dictées par la rancœur et qu’un peu de sérénité puisse s’installer à MOOSLARGUE.

Pascal SOMMERHALTER

 

Remarque de Robin Burglin : j'ai en définitive et après mûres réflexions, décidé de faire paraître in extenso ce droit de réponse reçu le 12 février dernier et en réalité adressé au journal Heb'di. Vous avez ainsi pu apprécier de vous-même le verbe de notre Maire. J'ajoute simplement, pour ma part, que j'émets les plus grandes réserves sur la présentation qui vous est ainsi proposée.

Mooslargue : Le corbeau est démasqué, la surprise est de taille!

Hebdi janvier 2020 - Le corbeau de Mooslargue

Commenter cet article